Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 mai 2017 2 09 /05 /mai /2017 10:13
Atelier linogravure à Ste Marie Riom
Atelier linogravure à Ste Marie RiomAtelier linogravure à Ste Marie Riom

Les 14 mars et 11 avril l’artiste Morgane Isilt Haulot est venue animer un atelier de linogravure avec les élèves de 3e C. Ils ont pendant une dizaine d’heures réalisé un travail de gravure à fond perdu, c’est à dire avec plusieurs impressions de couleurs. Ce travail sera présenté dans une exposition collective du 2 au 31 mai  2017 au Centre Diocésain de Pastorale,133 Avenue de la République à Clermont-Ferrand.

Le vernissage de cette exposition aura lieu le mercredi 10 mai 2017.

Atelier linogravure à Ste Marie RiomAtelier linogravure à Ste Marie Riom
Atelier linogravure à Ste Marie RiomAtelier linogravure à Ste Marie Riom

On 14 March and 11 April the artist Morgane Isilt Haulot came to run a linocut workshop with Y10 pupils. They worked for ten hours on a particular process that involves producing an image with several colour printings. This work will be dispalyed in a group exhibition from 2 to 31 May  2017 at the Diocesan Pastoral Centre,133 Avenue de la République in Clermont-Ferrand.

A special reception for this exhibition will be held on Wednesday 10 May 2017.

Repost 0
Published by european-marist-education
commenter cet article
3 mai 2017 3 03 /05 /mai /2017 07:19
Tage der Orientierung am MGF

... sind "Auszeiten in der Klassengemeinschaft" während des normalen Schuljahres. Ursprünglich waren dies rein religiöse "Besinnungstage" in guter Tradition christlich geprägter Schulen. Der Focus hat sich jedoch heute ausgeweitet: Aus "Besinnungstagen" sind echte "Orientierungstage" geworden, die auch Schülern ohne oder mit eingeschränkt religiösem Hintergrund Hilfen für die persönliche Entwicklung geben wollen.
Daneben steht die Erfahrung der Gemeinschaft in der Klasse, die oft herausfordert, Einzelne gelegentlich auch überfordert. Auf "TdO" sollen solche Erfahrungen spielerisch verarbeitet und ein "Wir-Gefühl" angestrebt werden, sodass jedem ein Platz in der Gemeinschaft gesichert ist.
Da wir Menschen Gemeinschaftswesen sind und nur in Gemeinschaft eine gesunde Entwicklung unserer Schüler möglich ist, wollen die TdO auf diese Weise jedem Schüler helfen, einen ganz persönlichen Entwicklungsschritt zu gehen, so wie er gerade ansteht.
Als christliche Schule vermitteln wir aber dabei nach wie vor unsere Überzeugung, dass Gott es ist, der jedes Leben trägt und jede Entwicklung zum vollen Leben hin anstößt.
Konkret finden die TdO bei uns in der achten Klasse statt und dauern ca. 3 Schultage. Sie werden in der Regel vom Klassleiter und einer speziell ausgebildeten weiteren Lehrkraft unserer Schule begleitet. Dazu fahren meist zwei Klassen gemeinsam in ein Jugendbildungshaus.
Die Erfahrung, nicht nur Schulalltag, sondern auch Essen, Schlafen und Freizeit gemeinsam zu erleben, halten wir auf unseren TdO für unverzichtbar, auch wenn dies mitunter für Schüler und Lehrer eine Herausforderung darstellt... 
Ich persönlich fand die Zeit dort spitze, weil man einfach die Leute aus seiner eigenen Klasse besser kennenlernt und die aus der Parallelklasse auch.

 

Benedikt Gerauer
 

On 14 March 2017 Isabelle Renaudin asked the question 'Why not look at what pastoral provision there is in the schools outside of France? What can we learn from them?' Here is an aspect of pastoral provision in Fürstenzell: 

"Orientation days" are "time out within the class community" during the normal school year. Originally, these were purely religious "days of reflection" in the time-honoured tradition of Christian schools. However, the focus has now widened: "Days of reflection" have become real "orientation days", the aim of which is to support the personal development of all students, including those who have little or no religious background.

In addition, the experience of the community in class, which can often be challenging, occasionally overwhelms the individual. On "Orientation days" such experiences are to be worked through in a light-hearted way. We aim for a feeling of togetherness, so that everyone is guaranteed a place in the community.

As we are a community of people, and as it is only in a community that our students can develop properly, we aspire in the “Orientation days” to enabling all students to take a personal step forward, no matter what their starting point.

As a Christian school, however, we continue to convey our conviction that all life comes from God, and that it is God who initiates every development towards a full life.

Specifically, the “Orientation days” take place with us in Year 9 and last for about 3 school days. As a rule, the students are accompanied by their form tutor and a specially trained additional teacher from our school. Usually, two forms go together to a youth education centre.

The experience of being together for three whole days, not just during the school day, but also for eating, sleeping and leisure time together, is an essential aspect of our “Orientation days”, even if this can be a challenge for students and teachers...Personally, I thought it was great, because you get to know the people in your class better as well as those in the other class.

Benedikt Gerauer

Tage der Orientierung am MGFTage der Orientierung am MGF
Tage der Orientierung am MGFTage der Orientierung am MGF

Le 14 mars 2017 Isabelle Renaudin a posé la question : Pourquoi ne pas essayer de regarder comment se vit la pastorale dans les établissements hors de France ? Qu'a-t-elle à nous apporter ? Voici un aspect de la pastorale à Fürstenzell :

Les « journées d’orientation » étaient à l’origine des « journées de réflexion » dans la tradition spirituelle chrétienne. Pourtant, l’objectif de ces journées a été élargi : les journées de réflexion sont maintenant de vraies journées d’orientation dont le but est de soutenir le développement personnel de tous les élèves, y compris ceux qui ont peu ou pas de connaissances religieuses.

En plus, la vie collective en classe présente parfois des contraintes, des frustrations. Pendant les journées d’orientation nous abordons de tels problèmes d’une manière ludique. Nous recherchons un sentiment de solidarité pour que tout le monde ait sa place et se sente bien dans notre communauté.

Nous sommes une communauté scolaire, et c’est uniquement dans une communauté que nos élèves peuvent se développer normalement. Pendant nos « journées d’orientation » notre objectif est donc de permettre à tous nos élèves de faire un pas en avant sur le plan personnel, quel que soit leur point de départ.

Nous sommes aussi une école chrétienne. Nous continuons donc à proclamer notre conviction que toute vie vient de Dieu et que c’est Dieu qui initie chaque pas vers une vie plus riche.

Ce sont les élèves de quatrième qui participent aux « journées d’orientation » qui durent trois jours. En règle générale, les élèves sont accompagnés de leur professeur principal et d’un autre enseignant spécialement formé. D’habitude, deux classes vont ensemble à une maison des jeunes.

L'expérience d’être ensemble pendant trois jours et deux nuits – manger, dormir, loisirs - plutôt que pendant la journée scolaire seulement, fait partie intégrante de nos « journées d’orientation », même si cela peut représenter un défi à relever et pour les élèves et pour les professeurs... Personnellement, j'ai beaucoup apprécié ces journées parce qu'elles vous permettent de mieux connaître vos élèves et vos collègues.

Benedikt Gerauer

Repost 0
Published by european-marist-education
commenter cet article
28 avril 2017 5 28 /04 /avril /2017 07:59
Marist Easter Trip 2017 - Glasgow

Easter was an exciting time at St Mary’s College as a group of students, under the guidance of Mr. Murphy, Mr Lally and Mr Hegarty embarked on what was destined to be an experience of a life-time.

Setting out from Dundalk their journey firstly took them to the Glasgow Science Centre where students enjoyed interactive exhibitions and workshops. They then made the short journey to Celtic Park, or what their supporters fondly call ‘Paradise’. What followed was an action-packed game in which the newly crowned champions defeated local rivals Kilmarnock in an unbelievable atmosphere.

Sunday witnessed the group participate in a competitive game of ten – pin bowling and some shopping but the trip was capped off with a personal guided tour of Celtic Park and St Mary’s Church Hall, the spot were Celtic FC were founded. Students were treated to a visit to the first team dressing room and followed onto the pitch in the footsteps of their heroes.

It was a poignant moment for the Marist students as they learned of how Brother Walfrid, a Marist Brother from Sligo, established the club in order to feed the starving Irish immigrants in the east end of Glasgow. The strong Marist connection and ethos of Celtic was undoubtedly felt by the young group who left determined that this trip would be on an annual basis.

Gerry Lambe

Marist Easter Trip 2017 - Glasgow
Marist Easter Trip 2017 - GlasgowMarist Easter Trip 2017 - Glasgow

Des élèves de St Mary's College à Dundalk, accompagnés de leurs professeurs M. Murphy, M. Lally et M. Hegarty, ont passé des vacances de Pâques passionnantes. 

Première étape : Glasgow Science Centre où les élèves ont beaucoup apprécié les expositions interactives et les ateliers. Ensuite ils se sont dirigés vers le Celtic Park, surnommé « le paradis » par les supporteurs du club, pour assister au match remporté par le Celtic Glasgow, sacré Champion de l'Écosse, contre son grand rival et voisin de Kilmarnock. L'ambiance était magnifique !  

Le lendemain les élèves ont joué au bowling et ont fait du shopping mais le moment fort de la journée était une visite guidée personnelle du Celtic Park et du St Mary's Church Hall où le Celtic Glasgow avait été fondé en 1888. Les élèves ont pu visiter les vestiaires de la première équipe avant de marcher dans les pas de leurs héros pour monter sur le terrain.

Quel moment d'émotion lorsque nos élèves maristes ont appris que c'était le frère Walfrid, frère mariste originaire de Sligo, qui avait fondé le club pour nourrir les immigrants irlandais affamés de l'est de Glasgow. L'origine mariste du Celtic Glasgow a profondément marqué nos jeunes qui tiennent à ce que cette visite soit désormais une activité annuelle. 

Gerry Lambe

Repost 0
Published by european-marist-education
commenter cet article
24 avril 2017 1 24 /04 /avril /2017 07:22
Pierre Crabié : l’amateur de mots /.../ the lover of words
Pierre Crabié : l’amateur de mots /.../ the lover of wordsPierre Crabié : l’amateur de mots /.../ the lover of words

Jeudi 6 avril, Pierre Crabié est venu mettre en voix des textes écrits par les élèves. Au programme : petit déjeuner poétique avec les 1ère ST2S de Mme Laloy autour de leurs poèmes et de Paroles de Prévert. A 13h, lecture publique des fables écrites par les 1ères S3 de Mme Proffit, pour dénoncer un fléau moderne, puis temps de partage avec eux autour des Fleurs du mal de Baudelaire. Quelques questions à ce passeur…

D’où vous vient ce goût pour la poésie ?

De mon grand-père je pense, il récitait des vers tout le temps ! Sinon, je suis autodidacte et c’est la chanson qui m’a mené à la poésie : Hugo, Rimbaud, Verlaine, chantés par Ferré, ou Brassens… Aujourd’hui, je m’investis dans les ADEX, un groupe d’amateurs qui souhaitent développer la pratique poétique par l’édition, des ateliers, des lectures…

Et pourquoi ce goût du partage ?

En fait, je suis plutôt réservé de nature mais j’ai un principe dans la vie : il faut aller vers ce qui nous inquiète pour se confronter à soi-même et progresser. Ne pas rester dans le repli mais oser les rencontres, être dans l’action même si on a l’impression de « se mettre en danger ». Je trouve aussi qu’on entend toujours parler de « la jeunesse », mais de quelle jeunesse parle-t-on ? Ça m’intéresse de les rencontrer.

Et donc ?

J’ai été épaté par les textes des élèves ! Quelle maturité et quelle sensibilité ! Les fables des 1ère S3 montraient leur recul et leur esprit critique. Les poèmes des ST2S mettaient en avant leurs émotions, mais livrées avec pudeur et délicatesse et de l’humour dans les deux cas.

A quoi sert l’écriture ?

A répondre à nos questions, celles auxquelles personne ne répond… A chercher la vérité. On en trouve une part dans les livres et une autre dans l’action. La mise en danger c’est aussi ça : choisir l’action en sachant adapter ses rêves à ses possibilités et en travaillant ses points faibles…

Sonia Monnier

Pierre Crabié : l’amateur de mots /.../ the lover of wordsPierre Crabié : l’amateur de mots /.../ the lover of words
Pierre Crabié : l’amateur de mots /.../ the lover of words

On Thursday 6 April, Pierre Crabié came to give voice to texts written by the students. On the agenda: a poetry breakfast with Mrs Laloy's Y12 H&SC students based on their own poems and Prévert's Paroles. At 1.00pm, a public reading of the fables written by Mrs Proffit's Y12 science students, the object of which was to denounce a scourge of the modern world, followed by a discussion with them of Baudelaire's Fleurs du mal. We asked him a few questions…

Where does this love of poetry come from?

I'd say from my grandfather. He was always reciting poetry! Apart from that I am self-taught, and it was song that led me to poetry: Hugo, Rimbaud, Verlaine, sung by Ferré, and Brassens… These days, I have a commitment to "les ADEX", a group that aims to promote poetry through publications, workshops, readings…

And your commitment to sharing?

In fact, I am naturally rather shy, but one principle I have is that you need to face up to what concerns you, so that you can confront it and move on. You mustn't hang back, you need to get out and meet people, to take part even if you think you are putting yourself "at risk". But also, you always hear about "young people", but who exactly are they talking about? I find it interesting to meet them.

OK, what are your thoughts?

I was astounded by the students' texts! Such maturity and sensitivity! The fables written by the Y12 science students demonstrated their ability to stand back from a topic and to think critically. The H&SC students' poems highlighted their feelings, but discreetly and sensitively, and there was a sense of humour in both cases.

What is writing for?

To answer our own questions, the ones no-one else answers… To seek after truth. You find some of it in books and some of it in doing things. That is also the risk: choosing what to do whilst knowing how to change your dreams according to what is possible and working on your weaknesses…

Sonia Monnier

Repost 0
Published by european-marist-education
commenter cet article
7 avril 2017 5 07 /04 /avril /2017 08:56
L’astronaute Thomas Pesquet en direct de l’ISS à Sainte-Marie

Lundi 20 mars, 100 élèves de 7ième et de 8ième se sont rassemblés dans la bibliothèque pour une conférence exceptionnelle en direct avec Thomas Pesquet.

En effet, Thomas Pesquet est notre astronaute français, en mission pour 6 mois à bord de l’ISS à 400 km de la terre. Cette conférence avait pour thème l’eau, car ce dernier est ambassadeur de l’UNICEF.

Les élèves émerveillés ont ainsi pu voir en direct Thomas Pesquet jouer au ping-pong avec une grosse bulle d’eau, flotter dans l’espace et répondre à des questions. Ils ont appris, entre autres, que 80% de l’eau de la station spatiale est recyclée, que les astronautes sont obligés de faire trois heures de sport par jour, que Thomas Pesquet dort debout...

Thomas Pesquet a aussi parlé du manque d’eau potable sur la terre et de l’importance de préserver l’eau.

Cette conférence nationale était suivie dans plus de 10000 écoles simultanément.

Au bout de 40 minutes, les élèves sont sortis ravis avec des étoiles plein les yeux.

La classe de 7e1

L’astronaute Thomas Pesquet en direct de l’ISS à Sainte-Marie

On Monday 20 March, 100 Y5 and Y6 pupils gathered in the library for an exceptional live lecture given by Thomas Pesquet.

Thomas Pesquet is a French astronaut who, for six months, is aboard the International Space Station 400 kilometers above the Earth. The theme of the lecture was water, as Thomas Pesquet is a UNICEF ambassador.

The amazed pupils were able to see him playing ping-pong with a large water bubble, floating in space and answering questions. They learnt, amongst other things, that 80% of the space station's water is recycled, that the astronauts have to do three hours' sport a day, that  Thomas Pesquet sleeps standing up...

Thomas Pesquet also spoke about the lack of drinking water on the Earth and of the importance of saving water.

This national lecture was watched simultaneously in more than 1,000 schools.

After 40 minutes, the pupils came out delighted and with stars in their eyes.

La classe de 7e1

Repost 0
Published by european-marist-education
commenter cet article
5 avril 2017 3 05 /04 /avril /2017 08:18
Session Maristes en Éducation  : Une perspective irlandaise /.../ An Irish perspective

 

Dans les semaines qui ont précédé ma visite à La Neylière, des collègues m’avaient parlé du sentiment de communauté, de la convivialité et des beaux paysages. Pourtant, ce n’est qu’en y arrivant que j’ai découvert l’origine de cette identité mariste qui est omniprésente dans notre école et qui définit notre travail quotidien.

Nous nous étions réunis à cause d’un intérêt mutuel et réciproque – pour mieux connaître le charisme mariste; pour réfléchir à nos propres pratiques et à nos valeurs, et pour partager nos expériences de ce que cela signifie d’être membre de la communauté mariste. La session était facultative. Tout le monde était donc prêt à participer, à s’ouvrir aux autres et à partager ses histoires. Ces deux journées à La Neylière ont été définies par cette ambiance d’ouverture et d’honnêteté.

J’étais la seule enseignante d’une école mariste hors de France. J’ai donc trouvé fort intéressant de découvrir les diverses approches de l’enseignement dans les établissements français et d’apprendre comment on crée et soutient l’identité mariste dans ces établissements.

Globalement, ces deux journées ont été très bien organisées – la messe, le concert, et des ateliers autour du thème « Vocation humaine et orientation ». Ces ateliers ont encouragé les participants à agir en tant que groupe. Ils étaient fondés essentiellement sur l’autoréflexion – une reflexion sur notre propre expérience de la vocation et sur la signification de ce mot pour chacun de nous. Cette activité a fait surgir des opinions diverses. Elle a révélé aussi les chemins différents que nous avions suivis et les choix que nous avions faits. Pourtant, tout le monde avait une chose en commun – la vie nous avait conduits tous, d’une manière ou d’une autre, à devenir membre de la communauté mariste.

Personnellement, j’ai bénéficié beaucoup des ateliers animés par Isabelle Parmentier, intervenante captivante et passionnée. Plusieurs phrases me sont restées depuis. Par exemple, pour répondre à la question «Pourquoi êtes-vous devenu professeur ?», beaucoup d’entre nous avons donné une réponse du genre «Parce que j’aime les jeunes» – réponse classique pour quiconque trouve son travail avec les jeunes passionnant et enrichissant. Pourtant, il y a une meilleure réponse à cette question. Si nous voulons vivre l’ethos mariste dans l’éducation, nous ferions mieux de répondre « Pour aimer les jeunes ». Il faut remplacer  'parce que' par 'pour' – pour les aider, pour les encourager, pour enrichir leur vie – voilà ce que notre vocation d’éducateur nous appelle à faire.

Une citation du père Jean-Claude Colin résume ainsi l’approche mariste de notre rôle en tant qu’éducateurs;

« Quand l’homme sort des mains de sa nourrice, il n’est qu’ébauché : il faut le faire homme, former son cœur, son caractère, sa vertu etc. »

Bonheur, courage, rencontre, vocation, foi, fraternité, confiance, invitation – des mots qui sont revenus régulièrement pendant la session. Ces mots résument ma première visite à La Neylière. Ils expriment aussi ce que cela signifie d’être membre de la communauté mariste.

Emma Murphy St Mary’s College, Dundalk

Session Maristes en Éducation  : Une perspective irlandaise /.../ An Irish perspective
Session Maristes en Éducation  : Une perspective irlandaise /.../ An Irish perspectiveSession Maristes en Éducation  : Une perspective irlandaise /.../ An Irish perspective
Session Maristes en Éducation  : Une perspective irlandaise /.../ An Irish perspective

In the weeks leading up to my two-day trip to la Neylière I had been told by my colleagues about the feeling of community, the camaraderie and the wonderful surroundings. However, it was only upon my arrival that I realised where this ‘Marist’ feeling and ethos, that is ever-present in my school and every-day life at work, originated.

Everyone had gathered because of a common and shared interest – to learn more about the Marist way; to reflect on one’s own practice and values and to share experiences of how it is for each individual to be a part of the Marist community. The participants had all attended voluntarily, meaning everyone was eager to get involved, mingle and share stories. This open and honest atmosphere set the tone for the two days in la Neylière.

Being the only teacher from a Marist school outside of France, it was interesting to hear the different approaches the French establishments have in the teaching of their students but also in how they create and maintain the ‘Marist’ atmosphere within their schools.

Overall, the two days were organised extremely well- including Mass, the concert and a series of workshops that focused on the theme of ‘Vocation humaine et orientation’. These workshops encouraged the participants to mix as a group and hinged largely on self-reflection - a reflection of one’s own experience of vocation and what this word meant to each individual. This session revealed diverse opinions, individual paths that people had taken and choices they had made but ultimately everyone had one thing in common – life had led them in one way or another to become a member of the Marist community.

Personally, I took a lot from the workshops, which were led by a passionate and engaging speaker, Isabelle Parmentier, but there were several points that have stayed with me since then. When asked the question ‘Why did you become a teacher?’ the majority of the group answered something to the effect of ‘Because I love children. – the expected response for anyone who feels their work with young people is enriching and rewarding. However, this is not how we should answer this question. If we are to live out the Marist ethos behind education, we must instead answer ‘In order to love children’. We must replace the ‘because’ with ‘in order to’ – in order to help them, in order to encourage them, in order to enrich their lives – this is what our vocation as teachers calls us to do.

A quote from Jean Claude Colin sums up the Marist view on our role as educators;

When a man leaves the hands of his nurse, he is only sketched in rough. We must make

him into a man, form his heart, his character, his virtue etc.’

Words that continued to appear over the weekend included happiness, courage, meeting, calling, faith, companionship, trust and invitation. These are all words that not only sum up my first visit to la Neylière but also that embody the Marist ethos and what it means to be a member of the Marist community.

 

Emma Murphy St Mary’s College, Dundalk

Repost 0
Published by european-marist-education
commenter cet article
3 avril 2017 1 03 /04 /avril /2017 12:45
Session Maristes en Éducation 2017

La session de La Neylière préparée par Maristes en éducation autour du thème  'Vocation et orientation' a réuni cette année environ une centaine de personnes dont le Père Provincial, et deux collègues irlandais intéressés par cet animation préparée par notre association publique de fidèles dans le cadre de l’animation du service de la tutelle.

Nous avions fait appel à Isabelle Parmentier, ancien professeur d’allemand et professeur de théologie pour conduire cette réflexion et la nourrir.

Le thème de notre session est né d’un sentiment de crise du métier d’enseignant dans des établissements de notre réseau.

Ils avaient choisi leur métier d’enseignant comme on choisit une vocation. Que remettent-ils en question en renonçant à qualifier leur métier de métier « vocationnel » ? Ne serait-ce pas plutôt une question de lien social qui s’exprime là, la reconnaissance reposant, comme l’écrit Paul Ricoeur, sur « une sorte de bienveillance liée à la similitude d’homme à homme dans la grande famille humaine ».

Du côté des élèves, notre souci d’efficacité nous conduit à parler davantage d’orientation sans que la dimension de la vocation de chacun ne nous effleure l’esprit. Et d’ailleurs, est-ce vraiment le rôle de l’école d’introduire dans les questions d’orientation, la question de la vocation de l’élève ? L’orientation repose sur un déterminisme (de niveau, de compétence, de marché du travail) qui conduit à un métier correspondant à ce déterminisme ; la vocation repose sur une aspiration personnelle, une espérance d’épanouissement spirituel, un rapport aux valeurs qui vont bien au-delà d’un « métier », d’une « profession », même si dans ce cas il est choisi et ne s’impose pas, pour reprendre les catégories de Max Weber.

Le terme « vocation » a pour origine latine le verbe « vocare » qui signifie appeler.

Or entendre un appel dans le monde bruyant et éphémère dans lequel nous vivons devient compliqué.

Ce monde nous appelle au mouvement ; or, se sentir appelé n’est-ce pas figer nos vies dans un choix immuable alors que tout bouge autour de nous ?

Le choix d’un état de vie ou d’un métier s’inscrit dans le long terme alors que bien des témoignages pourraient illustrer la propension au court terme, à « changer de vie » ; alors à fortiori, lorsqu’il s’agit d’un métier.

Et si vocation il y a, cela signifie-t-il que nous sommes encore libres de décider?

Isabelle Parmentier a repris quelques attitudes maristes comme « Voir grand » en constatant que si on se limite à la question de l’orientation, on ne peut pas voir grand pour l’élève.

Plutôt que d’orienter, il est essentiel d’aider l’élève à formuler un projet de vie où l’utopie ne doit pas être absente et à privilégier l’espérance à l’espoir. L’espoir a-t-elle souligné, répond à un besoin une fois ce besoin assouvi, il n’y a plus d’espoir. L’espérance quant à elle c’est ce qui rend l’impossible possible, l’imprévisible possible. Reprenant le triangle éthique de Paul Ricœur, elle a notamment souligné que le regard positif de l’autre est fondamental pour permettre la construction de l’estime de soi.

Elle nous a donné comme grille de lecture, toujours à partir de Ricœur, les quatre mots vocation, provocation, convocation, invocation :

Tout élève (comme chacun) a vocation au bonheur.

Les provocations : ce sont tous les faits qui conduisent à sortir de soi.

La convocation, c’est finalement être bien là où l’on se doit d’être.

L’invocation : le lieu du discernement de ma vocation.

Elle nous a invités à aider nos élèves à répondre à la question « pourquoi… » non pas par un « parce que… » mais par un « pour ». « Pourquoi choisis-tu ce métier ? Pour.. ».

Nous pourrions avec elle conclure par cette citation de Sartre que l’essentiel n’est sans doute pas ce que la vie fait de moi mais « ce que je fais de ce que la vie a fait de moi ».

Les échanges entre les participants ont révélé combien nos communautés sont riches de femmes et d’hommes désireux de mettre au cœur de leur métier la question du sens de leur travail pour un meilleur accompagnement de l’élève.

Cette session a été également l’occasion de dire au revoir à Bruno Chanel qui quittera ses fonctions de délégué à la tutelle à la fin de cette année scolaire et de présenter aux présents son successeur : Vincent Langlois. Bruno a fortement contribué à permettre à Maristes en éducation de répondre à sa vocation. Qu’il en soit remercié.

Merci à l’OSEME d’avoir animé la soirée du vendredi et à la maison de La Neylière pour son accueil.

Marie Portelli

Session Maristes en Éducation 2017
Session Maristes en Éducation 2017Session Maristes en Éducation 2017
Session Maristes en Éducation 2017

The La Neylière session organised by Maristes en éducation on the theme "Vocation and guidance" this year brought together about a hundred participants, including the Provincial superior and two Irish colleagues who were interested in this activity put on by our association of the Christian faithful within the context of the trusteeship service.

We called upon Isabelle Parmentier, formerly a German teacher and now a theologian, to lead this reflection and to enrich it.

The theme for our session was born out of a perceived sense of crisis around the idea of teaching as a career in the schools in our network.

They had chosen their career as teachers as a vocation. What are they calling into question by no longer referring to their career as a 'vocation'? Is it perhaps a social bond that is being expressed, the appreciation of which, as Paul Ricoeur has put it, is based on "a sort of benevolence linked to the similarity of man to man in the great human family."? 

As far as our students are concerned, our desire to be effective leads us to talk of guidance, without the notion of vocation coming into it. And in any case, is it really the role of the school to introduce into matters of guidance, the question of the students' vocation? Guidance is founded on a certain determinism (level, competency, labour market) which leads to a career corresponding to this determinism; vocation, on the other hand, is based upon personal aspiration, the hope of spiritual fulfilment, a relationship with values that go way beyond a "career" or a "profession", even if the latter is chosen rather than imposed, to quote Max Weber.

The origin of the term 'vocation' is the latin verb 'vocare', meaning to call.

Hearing a call in this noisy and ephemeral world is perhaps not so simple.

This world calls us to move; but, to feel that we have been called, isn't that to fix our lives in an immutable choice whilst everything around us is changing?

The choice of a way of life or of a career is made for the long term, whereas many an example illustrates the tendancy to short-termism, to "changing one's life"; all the more so when it's a question of one's career.

And if there really is a vocation, does that mean we are free to decide?

Isabelle Parmentier quoted a number of Marist attitudes such as "Think big" and pointed out that, if we limit ourselves to the question of guidance, we cannot 'think big' for our students.

Rather than guiding, it is essential to help students to formulate a lifelong project from which the ideal is not excluded and to prioritise hope over expectation. She underlined the fact that, once expectation has been met, there is no longer expectation. Whereas hope can make possible both the impossible and the unforeseeable. Quoting Paul Ricœur's 'ethical triangle', she pointed out that a positive view from others is vital for one's own self-esteem.

She gave us as a starting point, once again based upon Ricœur, the four words vocation, provocation, convocation, invocation:

Every student (as indeed everyone) has the vocation to be happy.

Provocation: everything that takes us out of ourselves.

Convocation is ultimately being where we need to be.

Invocation: the place for the discernment of my vocation.

She invited us to help our students to answer the question "Why..." not with a "because..." but with an "In order to". "Why are you choosing this career?" "In order to...".

We could go along with her in concluding, as Sartre put it, that the most important thing is not what life has done to us, but rather "what we make of what life has done to us".

The discussions that took place showed just how blessed our school communities are with women and men who want to put at the heart of everything they do the question of the meaning of their work in order to provide better support for students.

This session was also an opportunity to say farewell to Bruno Chanel who will retire from his post as délégué de tutelle at the end of this academic year and to introduce to those present his successor, Vincent Langlois. Many thanks to Bruno has made a major contribution to the work of Maristes en éducation

Thank you to the OSEME for the entertainment on Friday evening and to La Neylière for its welcome.

Marie Portelli

Repost 0
Published by european-marist-education
commenter cet article
31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 07:25
OSEME - Concert de La Neylière
OSEME - Concert de La Neylière

Le soir du 24 mars l’Orchestre Symphonique des Etablissements Maristes Européens (OSEME) a donné un excellent concert à La Neylière lors de la Session Maristes en Education 2017. Au programme figuraient notamment des œuvres de Mozart, Beethoven, Rodrigo, Imber et Raney. Et une belle surprise – le Miserere d’Allegri, œuvre musicale chantée a capella, que le chef d'orchestre, Yannick Dutey, avait réécrit pour l’orchestre ! L’OSEME est maintenant solidement établi au niveau national et la qualité de ses concerts s’améliore constamment. L'objectif final de ce projet est de pouvoir proposer à de jeunes musiciens des établissements maristes des rencontres musicales européennes. L’espoir est de donner le premier concert au niveau européen en novembre 2018. Il est clair que l’implication et le dynamisme de ces jeunes musiciens sont une source constante de joie et de motivation pour toute l’équipe adulte qui accompagne ce beau projet. Bravo à tous et à toutes !

Le concert était aussi l’occasion, pendant que nous étions réunis si nombreux à La Neylière, de reconnaître l’énorme contribution que Marie Portelli et Bruno Chanel ont faite au développement du réseau éducatif mariste en général et à l’Association Maristes en Education en particulier. Le père Martin McAnaney, supérieur provincial, a eu le plaisir de les en remercier en son nom et au nom de la Province d’Europe de la Société de Marie et de leur décerner la Médaille Mariste.

Donald Lillistone

OSEME - Concert de La Neylière
OSEME - Concert de La Neylière
OSEME - Concert de La Neylière
OSEME - Concert de La Neylière
OSEME - Concert de La Neylière
OSEME - Concert de La Neylière
OSEME - Concert de La Neylière
OSEME - Concert de La Neylière
OSEME - Concert de La Neylière

On the evening of 24 March the Orchestre Symphonique des Etablissements Maristes Européens (OSEME) gave a wonderful concert at La Neylière during the 2017 Session of Maristes en Education. The programme included works by Mozart, Beethoven, Rodrigo, Imber and Raney. And a lovely surprise – Allegri’s Miserere, a choral work sung a cappela, which the conductor, Yannick Dutey, had rewritten for the orchestra! The OSEME is now firmly established at the national level and the quality if its concerts is improving all the time. The ultimate aim is to offer young musicians from the Marist schools the opportunity to take part in European musical events. The hope is to put on the first concert at a European level in November 2018. It is obvious that the commitment and enthusiasm of these young musicians are a source of joy and motivation for all the adults involved in this wonderful project. Well done to all concerned!

The concert was also the opportunity, whilst there were so many of us at La Neylière, to recognise the enormous contribution that Marie Portelli and Bruno Chanel have made to the development of the Marist education network in general and to the Maristes en Education association in particular. Fr Martin McAnaney, the Provincial superior, had the pleasure of thanking them in his name and on behalf of the European Province of the Society of Mary and of presenting them both with the Médaille Mariste (Marist medal).

Donald Lillistone

Repost 0
Published by european-marist-education
commenter cet article
29 mars 2017 3 29 /03 /mars /2017 08:03
Clothilde et le syndrome de Stendhal

Du 8 au 15 mars 2017

Notre voyage florentin s’est fait dans le cadre de notre étude sur la Renaissance et l’Humanisme, courant important de cette période. Nous sommes partis accompagnés par plusieurs professeurs, quatre élèves de seconde, mais aussi par deux artistes accomplis : Vladimir Zbynovsky, sculpteur de verre et de pierre, et Peter Zupnik, photographe que nous avions déjà rencontré dans le cadre de notre activité autour de la photo. Nous avons été accueillis par les élèves du lycée Machiavel-Caponi étudiant le français - et qui nous ont rejoints en France du 22 au 29 mars.

Florence est une ville d’Italie se situant en Toscane. Au départ campement romain, elle s’est transformée au fil des années, et est devenue, durant le gouvernement des Médicis, la cité la plus importante des débuts de la Renaissance. Berceau de cette période, Florence est une ville d’art, de culture, de connaissance, à voir absolument au moins une fois dans sa vie.

Dès notre arrivée, nous avons été émerveillés par l’omniprésence de l’art, par l’architecture chaleureuse, lumineuse, ou encore par les nombreuses sculptures décorant les rues. La semaine s’est rythmée au fil des visites, des repas, des découvertes, des sorties, des glaces italiennes. Nous avons ainsi pu découvrir autant de lieux religieux que de tableaux, de jardins, de différences culturelles. Le voyage a été fabuleux, de même que le détour par Pise qui nous a permis de voir la célèbre tour.

J’ai tant noirci les carnets de bord à remplir durant ce voyage que je n’ai plus de mot pour en parler. Je sais que nous tous nous souviendrons toujours de « Firenze », de son atmosphère, de son calme, de sa beauté attirante, de son rythme. Je suis tombée amoureuse de cette ville, et quand j’y repense, je vois encore le David de Michel-Ange, là, sous mes yeux, et je sens mon cœur battre à cent à l’heure.

Je conçois que cet article n’est plus vraiment objectif. Mais tout artiste ou personne sensible à l’art part à Florence avec la certitude d’attraper le syndrome de Stendhal : émerveillés à notre arrivée et tout le long de ce rêve, nous avons été brusquement ramenés à la réalité à notre retour en France, ô combien malheureux de savoir que «La Magnifique» est si loin de nous.

Ainsi nos yeux sont remplis des images de cet autre monde, et certains d’entre nous vivent dans l’attente de notre retour à Florence.

Clothilde Maindiaux, 1ère L - Lycée Saint-Vincent  

Photos : Clothilde Maindiaux, 1ère L et Vladimir Zbynovsky, artiste

Clothilde et le syndrome de Stendhal
Clothilde et le syndrome de Stendhal
Clothilde et le syndrome de Stendhal

From 8th to 15th March 2017

Our journey to Florence took place within the context of our studies of the Renaissance and Humanism, an important movement during this period. We set off with several teachers, four Y11 students, but also two accomplished artists : Vladimir Zbynovsky, a glass and stone sculptor, and Peter Zupnik, a photographer whom we had got to know during our photography activity. We were welcomed by the students from the Machiavel-Caponi School who are studying French - and who came to stay with us in France from 22nd to 29th March.

Florence is an Italian city in Tuscany. Originally a Roman encampment, it transformed itself over time and, under the Medicis, it became the most important city of the early Renaissance. The cradle of this period, Florence is a city of art, culture, and knowledge, and has to be seen at least once in a lifetime.

On our arrival, we were immediately amazed by the omnipresence of art, by the warm, light architecture, and by the many sculptures which decorated the streets. The week was a succession of visits, meals, discoveries, trips, and Italian ice creams. We discovered as many religious sites as paintings, gardens and cultural differences. The whole stay was fabulous, as was the excursion to Pisa, where we saw the famous tower.

I wrote such a lot in my notebooks while I was there that I no longer have words to describe it. I know that none of us will ever forget "Firenze", its atmoshere, its tranquillity, its beauty, its rhythm. I fell in love with Florence, and, when I think of it, I still see Michelangelo's David, and my heart races.

I realise that this article is not objective. But any artist, or anybody sensitive to art, sets off for Florence with the certainty of catching "Stendhal's syndrome" * : amazed on arrival and throughout this dream, we were sharply brought back to reality once we were home in France, so sad to realise that  "Florence the Magnificent" was so far away.

Our eyes are filled with images of this other world, and some of us cannot wait to get back to Florence.

Clothilde Maindiaux, Y12 student - Lycée Saint-Vincent

Photos : Clothilde Maindiaux, 1ère L et Vladimir Zbynovsky, artiste

* Stendhal is a C19th French writer who described a dramatic psychosomatic sensation when viewing art in Florence

Repost 0
Published by european-marist-education
commenter cet article
28 mars 2017 2 28 /03 /mars /2017 08:11
Le père Paul-Marie Noblet à l'honneur

Mercredi 22 mars, la Chapelle du lycée était remplie pour la messe d’Action de grâce donnée à l’occasion des 70 ans de sacerdoce du Père Paul-Marie Noblet. Le père mariste, qui a fêté ses 90 ans cette année, a rappelé qu’il a vécu chaque jour de son engagement comme une grâce. Il refuse de penser comme certains que « c’était mieux avant ». Daniel Grosnier, président des Anciens élèves de Saint-Vincent a résumé cette vie immensément riche de rencontres : 760 mariages d’anciens élèves célébrés, 26 000 messes, le scoutisme, les camps d’été, l’enseignement… Ordonné prêtre le 22 mars 1947, le Père Noblet a toujours préféré la confiance au principe de précaution si prisé de nos jours ! Sa ligne de conduite inspira de nombreux anciens élèves et professeurs venus lui rendre hommage.

Sonia Monnier

Le père Paul-Marie Noblet à l'honneurLe père Paul-Marie Noblet à l'honneur

On Wednesday 22 March, the school Chapel was full for the Mass of Thanksgiving for Fr Paul-Marie Noblet's 70 years as a priest. The Marist Father, who celebrated his 90th birthday earlier this year, pointed out  that he has lived every day of his commitment as a grace. Unlike some, he refuses to think that "it was better before". Daniel Grosnier, chairman of the Alumnus association of Saint-Vincent,  summed up as follows this life which has been so rich in human encounters: 760 weddings of former students celebrated, 26,000 Masses, scouting, summer camps, teaching… Ordained a priest on 22 March 1947, Fr Noblet has always preferred confidence to the precautionary principle that is so valued today! His approach inspired many former students and teachers who came to pay tribute to him.

Sonia Monnier

Repost 0
Published by european-marist-education
commenter cet article

Bienvenue / Welcome

 

Bienvenue sur le blog des établissements maristes et des centres d'éducation non-formelle de la province d'Europe. Les nouvelles, les initiatives et les informations que vous communiquerez seront ainsi présentées à tous à l'intèrieur de la province d'Europe, dans un but de partage d'expériences et d'innovations...

N'hésitez donc pas à faire parvenir à Donald Lillistone (province d'Europe) vos articles, photos et autres vidéos que vous souhaiteriez partager....

 

Welcome to the blog of the European Marist schools and non formal educational centers.

News, initiatives and pieces of information that you communicate will thus be presented to everyone within the European Province, in order to share experiences and innovations....

So, don't hesitate to send to Donald Lillistone (European Province) your articles, pictures and other videos that you would like to share with others...