Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 septembre 2016 1 05 /09 /septembre /2016 07:42
Lycée Saint-Vincent - St Peter's Lutheran College
Lycée Saint-Vincent - St Peter's Lutheran College

On 5 July, four students arrived from our sister school, the Lycée Saint-Vincent in Senlis, France. The students, all in Year 10 (NB: Y11 in England), spent three weeks with us. They enjoyed a variety of activities with their host families, and immersed themselves well into the College.

On 12 July, the girls enjoyed a day at Ironbark, where they got to see a working farm, as well as some beautiful Australian countryside. They also had the opportunity to try their hand at cracking a bull whip. Many thanks to Miss Kathryn Bardsley for a lovely tour and making the students feel so welcome.

Bastille Day is a national holiday in France to commemorate the beginning of the French Revolution, when the Bastille Prison was stormed on 14 July 1789. Typically this is celebrated by military parades and fireworks. Sadly, this year it was marred by a terrorist attack in Nice in the south of France.

Prior to learning about this tragedy, the French students and their partners had read French stories to our Kindy students and performed a puppet show to explain the origins of Bastille Day.

The girls also visited Lone Pine Koala Sanctuary with Mrs Lange-Mohr to experience Australian animals up close.

Many thanks to the caring families who hosted the students and helped to make their experience enjoyable.

Rae Morgan - St Peter's Lutheran College, Queensland, Australia

Lycée Saint-Vincent - St Peter's Lutheran College
Lycée Saint-Vincent - St Peter's Lutheran College

Le 5 juillet nous avons accueilli quatre élèves de seconde de notre école partenaire, le Lycée Saint-Vincent à Senlis. Les élèves ont passé trois semaines chez nous. Elles ont participé à une grande variété d'activités avec leurs familles d'accueil, et elles se sont très bien intégrées dans la vie de l'école.

Le 12 juillet, les élèves ont passé la journée à Ironbark, où elles ont pu apprécier la beauté des paysages australiens. Elles y ont également visité une ferme en activité, et ont même appris à se servir d'un fouet. Merci à Mlle Kathryn Bardsley d'avoir organisé cette visite et de son accueil si chaleureux.

Le 14 juillet est la fête nationale française qui commémore la prise de la Bastille en 1789, jour symbolique qui marque le début de la Révolution Française. Le 14 juillet mêle défilé militaire et feux d'artifice. Malheureusement, cette année, une journée consacrée à la joie a connu une fin tragique - un attentat terroriste à Nice.

Avant d'apprendre la nouvelle de l'attentat, les élèves françaises et leurs partenaires avaient lu des histoires françaises à nos élèves en maternelle, et avaient présenté un spectacle de marionnettes pour leur expliquer les origines de la fête nationale française.

Les élèves ont également visité le Lone Pine Koala Sanctuary, accompagnées de Mme Lane-Mohr, pour voir de près des animaux australiens.

Un grand merci aux familles pour l'accueil chaleureux qu'ils ont réservé à nos amies françaises.

Rae Morgan - St Peter's Lutheran College, Queensland, Australie

Repost 0
Published by european-marist-education
commenter cet article
1 septembre 2016 4 01 /09 /septembre /2016 06:58
Rising to the challenge /.../ Relever le défi
Rising to the challenge /.../ Relever le défi

While July is usually a month associated with holidays, this year it was a busy time for the Marist family with events surrounding the celebrations of the Bicentenary of the founding event when, on the 23 July 1816, the first twelve Marists climbed the hill of Fourvière in Lyon to the shrine of Our Lady. There the group promised to establish the Marist congregation - the Fourvière Pledge. Those of us from Europe were joined in Lyon for the celebrations by others from around the world with links to the Marist spiritual tradition, an occasion to reflect on making promises in our contemporary context 200 years later.

In contrast to the joy of those days, at the same time news arrived of further conflict, threat and grief in Europe and beyond, defying imagination. What does it mean to make a promise today when we hear so much that speaks of the fragility of peace, the destruction of life, and where nothing is sacred? Just look around at the signs of failure and loss, and our inhumanity to each other! In such a context it seems more appropriate for promises and commitments to remain only conditional and temporary. Yet the message that impressed me and one repeated again and again during presentations at the celebrations, was that promises do not begin with us but rather with God - he is the one faithful to his promises. Thus, as with love, promises are possible! God shows us the way, he promises to be with us no matter what.

Serving young people as educators - the present and future generations - where do we find firm ground on which to stand, a perspective which gives meaning to our context and hope to sustain them and us? In response to the painful news, Pope Francis said to the young people in Krakow for World Youth Day, "The world is at war, but it is not a war of religion", and he urged them to build a "new humanity". Now, as we re-open the doors of our educational projects after the summer recess, it seems to me important that we search for a perspective grounded in the signs of the times and which, in addition, gives hope. We are privileged in our Christian and Marist traditions to have at our disposal such a vision that shapes our attitudes and activities. A vision which embraces the unity of the human race, the value of each individual, respect for difference and a belief in the enduring message of love at the heart of humanity. This touches all of us both personally and communally.

I cannot think of a better way to begin a new academic year than to promise to take a fresh look at the signs of our times and, in the light of our traditions, present a perspective of hope to the young people in our care. I wish all of us success for the coming year, especially in rising to this life-enhancing challenge.

Martin McAnaney sm

Rising to the challenge /.../ Relever le défi
Rising to the challenge /.../ Relever le défi

Le mois de juillet est d'habitude un mois de vacances. Mais, cette année, pour la famille mariste, il a été marqué par toutes les célébrations liées au Bicentenaire de l'évènement de fondation de la Société de Marie, le 23 juillet 1816, jour où les douze premiers maristes sont montés au sanctuaire Notre-Dame de Fourvière à Lyon, et c'est là que ce groupe de prêtres et de séminaristes a fait la promesse solennelle de fonder la congrégation mariste - la Promesse de Fourvière. Nous, Européens, avons été rejoints à Lyon par d'autres venus des quatre coins du monde qui ont des liens avec la tradition spirituelle mariste, l'occasion de réfléchir à ce que cela signifie aujourd'hui, 200 cents ans plus tard, de faire des promesses.

En contraste avec la joie de nos célébrations, c'est aussi en juillet que nous avons reçu des informations sur de nouveaux conflits en Europe et au-delà, des atrocités qui défient l'imagination. Qu'est-ce que cela peut signifier de faire des promesses quand beaucoup de ce que nous entendons nous parle de la fragilité de la paix, de la destruction de la vie, d'un monde où rien n'est sacré. On n'a qu'à regarder autour de soi pour s'apercevoir des signes d'échec et de perte, de barbarie l'un envers l'autre ! Dans un tel contexte, il semblerait peut-être plus approprié que nos engagements et nos promesses soient considérés simplement conditionnels et temporaires. Pourtant, le message qui m'a le plus marqué, et que l'on a répété à plusieurs reprises pendant nos célébrations, c'est celui qui affirme que ce n'est pas avec nous que commencent les promesses, mais plutôt avec Dieu - c'est Dieu qui reste fidèle à ses promesses. Comme c'est le cas pour l'amour, les promesses sont donc possibles ! Dieu nous montre le chemin, et il promet d'être avec nous, quoiqu'il arrive.

Dans notre mission d'éducateurs des jeunes, où trouvons-nous une base solide, une perspective qui donne du sens à notre contexte et qui nous permet de conserver l'espoir qui nous soutient ? En réponse aux actes de barbarie, le pape François a déclaré aux jeunes qui s'étaient rassemblés à Cracovie pour les JMJ que « le monde est en guerre », mais ce n'est pas « une guerre de religions », et il les a appelés à changer le monde, à créer une « nouvelle humanité ». Au moment de la rentrée scolaire, il me semble important d'adopter une perspective qui est enracinée dans les signes du temps et qui, en plus, nous donne de l'espérance. C'est un privilège, dans nos traditions chrétiennes et maristes, de disposer d'une vision qui détermine nos attitudes et nos activités. Une vision qui est basée sur l'unité de la race humaine et la valeur de chaque individu, qui respecte la différence et qui promeut le message d'amour pour tous. Cela nous touche personnellement et collectivement.

Au début de la nouvelle année scolaire, il me semble une excellente idée de promettre de porter un regard neuf sur les signes du temps et, à la lumière de nos traditions, de présenter aux jeunes qui nous sont confiés une perspective d'espérence. Je souhaite à chacun beaucoup de succès cette année, surtout en ce qui concerne le défi à relever pour créer un monde meilleur.

Martin McAnaney sm

Repost 0
Published by european-marist-education
commenter cet article
6 juillet 2016 3 06 /07 /juillet /2016 07:51
Sunninghill : Class of 2016 /.../ La promotion 2016
Sunninghill : Class of 2016 /.../ La promotion 2016

Prior to the commencement of their A level study leave the Year 13 pupils greeted arriving pupils, staff and parents in "Cops and Robbers" themed outfits. This marked the beginning of a day of joy-filled activities which included a staff versus Year 13 rounders match; the arrival of the ice-cream van; a picnic in the convent grounds; a liturgical service for the class of 2016 and their parents.

In addition to raising spirits and strengthening community, the girls raised £680 for Alexander Devine Children's Hospice in Maidenhead. Principal Karl McCloskey commented, "In a world where young people are wrongly criticised for being self-absorbed or indifferent, The Marist is exceptionally proud of our principled, generous-spirited and community-minded young women who give back to others before commencing their undergraduate studies and embarking on professional career pathways."

Georgina Gallop

Sunninghill : Class of 2016 /.../ La promotion 2016

Avant le commencement de leurs examens, les Terminales se sont déguisées en « Gendarmes et Voleurs » pour accueillir les élèves, les professeurs et les parents. Cela a marqué le début d'une journée très riche en activités et remplie de joie - un match de « rounders » les élèves contre les professeurs ; l'arrivée de la camionnette du marchand de glaces ; pique-nique dans l'enceinte du couvent ; liturgie pour les Terminales et leurs parents.

Une journée qui a remonté le moral et renforcé la communauté. En outre, les élèves ont levé des fonds (l'équivalent de 800 euros) pour Alexander Devine Children's Hospice à Maidenhead. Karl McCloskey, chef d'établissement, s'est exprimé ainsi : « Aujourd'hui on a tort de critiquer les jeunes en les accusant d'égocentrisme ou d'indifférence. À Sunninghill nous sommes très fiers de la générosité de nos élèves qui sont altruistes et qui ont des principes. Elles prennent plaisir à démontrer leur solidarité avec autrui avant de nous quitter pour poursuivre des études supérieures ou initier leur parcours professionnel. »

Georgina Gallop

Repost 0
Published by european-marist-education
commenter cet article
5 juillet 2016 2 05 /07 /juillet /2016 07:58
Lycée Saint-Vincent
Lycée Saint-Vincent

Un grand merci à Philippe Revello de m'avoir envoyé l'actu du Lycée Saint-Vincent.

Pour lire les actualités de Saint-Vincent, cliquez sur le lien ci-dessous

A big thank you to Philippe Revello for sending me the latest news from the Lycée Saint-Vincent.

To read the news, click on the link below

Donald Lillistone

Repost 0
Published by european-marist-education
commenter cet article
4 juillet 2016 1 04 /07 /juillet /2016 07:08
ISM - Être mariste aujourd'hui /.../ Being a Marist today

Suite à la publication sur le blog le 23 juin 2016 de trois vidéos sur le thème : « Être mariste aujourd'hui », j'ai le plaisir de vous présenter maintenant la vidéo réalisée par l'Institution Sainte-Marie de La Seyne-sur-Mer sur le même thème.

Pour visualiser cette vidéo, cliquez sur le lien ci-dessous

Following the publication on the blog on 23 June 2016 of three videos on the theme: "Being a Marist today", I have the pleasure of presenting now the video from the Institution Sainte-Marie in La Seyne-sur-Mer on the same theme.

To watch the video, click on the link below

Donald Lillistone

Repost 0
Published by european-marist-education
commenter cet article
30 juin 2016 4 30 /06 /juin /2016 07:14
Appelés à la liberté /.../ Called to freedom
Appelés à la liberté /.../ Called to freedom

Les jeunes ont besoin de rencontrer des personnes compétentes dans leur enseignement. Plus encore des présences réelles qui ne s'identifient pas à leurs cours, à leur statut. Des hommes et des femmes qui disent leur goût de la vie et le sens qu'ils lui donnent. Cela ne s'apprend pas dans les universités. Cela ne dépend pas des diplômes. Ce n'est pas le privilège des jeunes... ou des anciens... ou des religieux... ou des laïcs.

C'est une nécessité qui renvoie chacun de nous à des questions fondamentales : pourquoi ce choix de l'éducation, quels sont les moyens que je me donne pour m'unifier, pour trouver ma place ? Sur qui puis-je compter pour cela ? Avec qui puis-je parler de ce que je vis dans mon travail ?

L'exigence est forte : un ébéniste travaille avec des bois précieux, un grand couturier avec des étoffes de grand prix. Un éducateur travaille avec des enfants, des jeunes. Sa façon d'être, de se situer, de les rencontrer, entrave ou favorise leur propre croissance. Sa liberté intérieure est une bonne garantie de la leur.

Sa présence les convoque à l'existence.

Ce texte date de 2006, il y a dix ans tout juste. On le trouve parmi les Caractéristiques de l'éducation mariste, sous le titre « Rester soi-même ». Il n'a pas pris de ride et reste à mes yeux d'une grande actualité.

La récente exhortation apostolique du pape François m'y renvoie avec force, notamment dans son chapitre 7, 'Renforcer l'éducation des enfants' :

Si la maturité était uniquement le développement d'une chose au préalable contenue dans le code génétique, nous n'aurions pas beaucoup à faire. La prudence, le jugement sain et le bon sens ne dépendent pas de facteurs purement quantitaifs de croissance, mais de toute une chaîne d'éléments qui se synthétisent dans la personne ; pour être plus précis, au coeur de sa liberté. Il est inévitable que chaque enfant nous surprenne par les projets qui jaillissent de cette liberté, qui sortent de nos schémas, et il est bon qu'il en soit ainsi. L'éducation comporte la tâche de promouvoir des libertés responsables, qui opèrent des choix à la croisée des chemins de manière sensée et intelligente, de promouvoir des personnes qui comprennent pleinement que leur vie et celle de leur communauté sont dans leurs mains et que cette liberté est un don immense (Amoris Laetitia 262).

Tous, nous sommes appelés à la liberté ! Et nous avons une responsabilité immense à cet égard vis à vis des enfants et des jeunes qui nous sont confiés, que ce soit en famille ou à l'école. Puissions-nous conjuguer nos talents pour être à la hauteur de cette responsabilité.

Hubert Bonnet-Eymard sm

Appelés à la liberté /.../ Called to freedom

The young need to experience competent teachers, but still more they need to experience " real people", not simply people who identify themselves solely by what they teach, or by their position. Men and women who communicate their taste for life, and the meaning it has for them. That is not learnt in universities. It does not depend on diplomas and degrees. It is not a privilege confined to the young...or the old...or to religious...or lay people.

Each of us has to ask ourselves basic questions: why have I chosen education? What means have I to form my true self, finding my proper place? Whom can I rely on to help me towards that goal, whom can I talk with about experiences in my work?

There is a strong need for this. A cabinetmaker works with high quality wood, a fashion designer with fine cloth. Educators work with children and young people. A teacher's manner and way of meeting and relating with young people either promotes their healthy development or does the opposite. The teacher's own inner freedom is a good guarantee of theirs.

The quality of the teacher's presence calls young people into existence!

This text dates from 2006, just ten years ago. It is to be found in the Characteristics of Marist education, under the title "Be yourself". It has not aged at all and, to my mind, it remains of great relevance today.

I am strongly reminded of it by the recent apostolic exhortation from Pope Francis, notably in chapter 7, "Towards a better education of children":

Were maturity merely the development of something already present in our genetic code, not much would have to be done. But prudence, good judgement and common sense are dependent not on purely quantative growth factors, but rather on a whole series of things that come together deep within each person or, better, at the very core of our freedom. Inevitably, each child will surprise us with ideas and projects born of that freedom, which challenges us to rethink our own ideas. This is a good thing. Education includes encouraging the responsible use of freedom to face issues with good sense and intelligence. It involves forming persons who readily understand that their own lives, and the life of the community, are in their hands, and that freedom is itself a great gift (Amoris Laetitia 262).

We are all called to freedom! And we have an enormous responsibility in this regard towards the children and young people who are entrusted to our care, whether in the family or at school. May we combine our talents in order to be up to the task.

Hubert Bonnet-Eymard sm

Repost 0
Published by european-marist-education
commenter cet article
23 juin 2016 4 23 /06 /juin /2016 06:58
1816-2016 : Être mariste aujourd'hui /.../ Being a Marist today

Pour célébrer le bicentenaire de la Promesse de Fourvière le 23 juillet 2016, trois établissements scolaires du Réseau Européen Éducation Mariste ont chacun réalisé une vidéo sur le thème « Être mariste aujourd'hui ». Un grand merci à tous les collègues et à tous les élèves qui ont participé à la réalisation de ces vidéos. Je tiens à remercier tout particulièrement Elissa Best et Nikki McPhilimey de St Mary's à Blackburn qui ont coordonné ce projet

À un mois du Bicentenaire, j'ai le grand plaisir de vous présenter aujourd'hui les très belles vidéos de l'Ensemble Scolaire de Bury-Rosaire, de St Mary's College à Blackburn et de l'Externat Saint-Joseph à Ollioules. Pour visualiser ces vidéos, cliquez sur les liens ci-dessous.

Donald Lillistone

In order to celebrate the Bicentenary of the Fourvière Pledge on 23 July 2016, three schools in the European Marist Education Network have each made a video on the theme "Being a Marist today". A very big thank you to all the colleagues and students who have contributed to the making of these videos, and most especially to Elissa Best and Nikki McPhilimey from St Mary's in Blackburn, who have coordonated the project.

With a month to go to the Bicentenary, it is my pleasure to present to you today these delightful videos from the Ensemble Scolaire Bury-Rosaire, from St Mary's College in Blackburn and from the Externat Saint-Joseph in Ollioules. To view these videos, click on the links above.

Donald Lillistone

Repost 0
Published by european-marist-education
commenter cet article
18 juin 2016 6 18 /06 /juin /2016 06:29
Dakar 2016
Dakar 2016

Après six mois de préparation, réunions, échanges, actions de toutes sortes ... nous voilà reparties, non pas pour deux semaines mais trois !!!

Une expérience qui se décline, depuis ces dernières années, au féminin : Léa, Sarah, Gustavia, Flaure, Angélique et Clara sont en effet nos nouvelles aventurières prêtes à aller découvrir les jeunes des rues de la capitale. Une touche masculine toutefois, en plus des pères que nous retrouvons sur place, en la personne de Sébastien qui a eu le courage de vivre cette expérience à mes côtés et découvrir, non seulement une Afrique de rue, mais aussi le caractère unique de nos jeunes voyageuses.

Il est toujours difficile de mettre des mots au retour d'un séjour comme celui-ci, mais nous allons essayer ...

Ce voyage était un apprentissage constant qui m'a appris à profiter des petites choses sublimes que la vie nous offre. Je dirais que j'ai en quelque sorte appris à vivre ... que l'homme est sublime à partir du moment où il comprend ce qu'est partager avec l'autre ... même si ce partage se résume à une rencontre de 30 secondes, un simple regard, un sourire ...

Nous nous attendions à découvrir un autre endroit de la planète avec ses habitudes, sa culture, ses surprises. En réalité, nous avons été transportés dans un monde totalement parallèle, rempli de contrastes fascinants ... la rue, dépourvue de tout, a été le théâtre de nos rencontres, les plus belles, les plus touchantes ... pour moi, sa richesse se trouve dans les enfants et adultes qui y habitent.

Dakar 2016

Ce que je peux dire de ce voyage, c'est qu'il modifie vraiment notre manière de voir les choses ... ce qui me paraissait important avant de partir me paraît futile aujourd'hui ... j'ai l'impression d'être plus simple, plus vraie, moins superficielle ... quand je suis contrariée, je pense aux trois semaines passées à Dakar, et à tous les jeunes de la rue ... je me dis que j'ai de la chance d'avoir un toit, des parents qui me soutiennent, de pouvoir manger à ma faim tous les jours ... les jeunes que nous avons rencontrés dans les rues et avec qui nous avons vécu des moments inoubliables sont des exemples pour moi ... leur sourire face aux difficultés, leur joie de vivre, leur simplicité sont des principes qui me paraissent essentiels pour pouvoir mener une vie heureuse.

Décrire le voyage que nous avons vécu en quelques phrases est très dur, si ce n'est impossible ... il ne s'écoule pas un jour depuis que je suis rentrée sans que quelque chose me fasse penser à Dakar, à toutes ces rencontres, à tous ces visages, à tous ces sourires. Ce projet est avant toute chose une extraordinaire aventure humaine de laquelle nous revenons profondément changés ... je sais maintenant que « l'autre » fait partie intégrante de ma vie, et je veux faire ce que je peux pour l'aider, l'accompagner. Je voudrais aider les gens à faire jaillir la lumière qu'il y a en eux comme les enfants, là-bas, l'ont fait pour moi.

Stefania Ranucci

Dakar 2016
Dakar 2016Dakar 2016
Dakar 2016
Dakar 2016

After 6 months of preparations, meetings, all manner of tasks, we were off once more, not for two weeks, but three!!!

An experience that, these last few years, has been largely female: Léa, Sarah, Gustavia, Flaure, Angélique and Clara were our new adventurers setting off to find out about the street children in the capital. With a male presence, nonetheless, as, in addition to the Fathers we met there, Sébastien had the courage to share this experience with me and to discover, not just Africa as lived on the streets, but also the unique characters of our young travellers. It is always difficult to put into words a trip like this one, but we are going to try...

This journey was a constant learning experience that taught me how to appreciate the sublime little things life has to offer. In a sense, I would say that it taught me how to live...that man is sublime the moment he understands what sharing with others really means...even if this sharing is a meeting that lasts 30 seconds, a simple look, a smile...

We expected to discover another place on the planet with its customs, its culture, its surprises. In fact, we were transported into a parallel world full of fascinating contrasts...the empty street was where we lived our loveliest and most touching moments... for me, its wealth is to be found in the children and people who live there.

What I can say about this trip is that it really changes our way of seeing the world...what had previously seemed important to me no longer seems so today... I feel more genuine, simpler, less superficial...when I am annoyed, I think of the three weeks spent in Dakar, and of all the street children...I tell myself that I am lucky to have a roof over my head, parents who support me, enough to eat every day...the young people we met in the streets, and with whom we spent a wonderful time, are an example for me...their ability to smile in the face of difficulties, their joie de vivre, their simplicity now seem to me essential for living a happy life.

It is extremely hard, if not impossible, to describe the adventure that we have had in a few sentences...not a day goes by without something reminding me of Dakar, the people we met, their faces, their smiles. This project is above all an extraordinary human adventure from which we come back profoundly changed... I now know that "others" are an integral part of my life, that I want to help them and support them. I would like to help people to let the light shine in them, just as the children in Dakar have helped me.

Stefania Ranucci

Repost 0
Published by european-marist-education
commenter cet article
14 juin 2016 2 14 /06 /juin /2016 06:58
Notre Dame de France : Hope Meets Art
Notre Dame de France : Hope Meets Art

Le 28 mai dernier, a eu lieu la soirée « Hope Meets Art » . Ce projet, né dans le coeur de Soizic Quentin de Coupigny, cherche à créer un lien entre les enfants pauvres de Dakar et ceux de Londres. Il nous permet de réunir les différentes communautés de Notre Dame de France au service d'enfants défavorisés. Je laisse la parole à Adrienne :

« Je m'appelle Adrienne, j'ai 17 ans et j'ai eu l'honneur et la joie de photographier l'évènement organisé ce samedi 28 mai à Baden-Powell House par Hope Meets Art. Conjuguer défilé de mode et oeuvre de charité n'est pourtant pas évident, mais le défi fut brillamment relevé par Soizic ! Le but de cet évènement était de lever des fonds pour un projet Mariste à Dakar : Aider des enfants des rues à se réintégrer socialement et dans leur famille et permettre l'éducation des filles.

L'assistance a bien apprécié l'humour « so British » du maître de cérémonie Barrie Steele... Le témoignange de Soizic imprima ce qu'il faut d'énergie et de foi pour réussir dans une telle entreprise : Donner des clés aux jeunes de Dakar pour le long terme : Éducation, alphabétisation, hygiène, santé, apprentissage pour les jeunes filles de la cuisine et de la couture.

Notre Dame de France : Hope Meets Art

Les robes du défilé de mode étaient superbes de couleurs vives et si bien portées par les jeunes stars accomplissant de manière parfois timide, mais très décidées quand même, les tours de piste qui firent le succès de cette cérémonie. La collection a été créée et réalisée par Soizic pour la quatrième année. Peut-être une école de mode pourrait prendre la relève ? Pour affirmer l'identité africaine des robes et du projet, d'autres enfants, dûment entrainés, ont présenté la pièce de théâtre « The Magic of the Baobab Tree », sur un script d'Anton Yavorsky et sous la direction de Candice Desmet. Le jeu des acteurs, parfois très jeunes, fut à la fois juste, excellent et dynamique, avec de superbes décors, contribuant au succès de la soirée. »

Pascal Boidin sm

Notre Dame de France : Hope Meets Art
Notre Dame de France : Hope Meets Art
Notre Dame de France : Hope Meets Art
Notre Dame de France : Hope Meets Art

On the 28th May, the evening performance of "Hope Meets Art" took place. This project, a heart-felt initiative of Soizic Quentin de Coupigny, seeks to create links between the poor children of Dakar and their contemporaries in London. It allows us to bring together the different communities of Notre Dame de France in the service of less privileged children. I should like to quote Adrienne:

"My name is Adrienne, I am seventeen years old and I have had the honour and the joy of photographing the event organised by Hope Meets Art at Baden-Powell House on 28 May. Combining a fashion show with a charitable work is not that obvious, but the challenge was brilliantly taken up by Soizic. The goal of this event was to raise funds for a Marist project in Dakar: to help street-children to reintegrate into society and their families and to facilitate the education of young girls.

The very British humour of the master of ceremonies, Barrie Steele, was greatly appreciated... Soizic's witness statement made it clear what is needed in terms of energy and faith in order to make a success of such an enterprise: to give the youth of Dakar the keys to their futures: Education, literacy, hygiene and health, as well as training for the young girls in cooking and dressmaking.

Notre Dame de France : Hope Meets Art

The clothes in the fashion show, so vivid in colour, were superb and modelled so well by the young stars who graced the cat-walk in a manner that was at times shy, but still somehow determined - all of which guaranteed the success of the show. This was the fourth year that Soizic created the collection. Perhaps a school of fashion could take it over? In order to underline the African identity of the clothes and of the project, other children put on a stage play called "The Magic of the Baobab Tree" directed by Candice Desmet from a script by Anton Yarovsky. The acting of the participants, some of whom were quite young, was excellent - accurate and lively. With superb sets, the play contributed to the success of the evening."

Pascal Boidin sm

Repost 0
Published by european-marist-education
commenter cet article
11 juin 2016 6 11 /06 /juin /2016 07:13
Qu'est-ce qu'on a fait au bon Dieu ? /.../ What have we done to God?

Représentation théâtrale des Internes Maristes

Être éducateur, cela ne s'apprend pas au détour d'un livre ou sur les banc de l'université. Être éducateur, c'est accepter un apprentissage de chaque jour qui nous renvoie sans cesse à des questions fondamentales : quel éducateur avons-nous envie d'être ? Quels enseignements devons-nous dispenser ? Pourquoi avons-nous choisi l'éducation ?

FORMER UN JEUNE est la finalité de notre métier, et il y a autant de manières d'y parvenir qu'il y a d'éducateurs.

Pour pouvoir interagir avec les jeunes, il semble nécessaire d'établir de vrais LIENS D'ÉCHANGE ET DE PARTAGE, gages d'une RELATION DE RESPECT ET DE CONFIANCE avec eux. Il s'agit de coller à leur réel, de se rendre proche de ce qu'ils sont et de connaître ce qu'ils aiment ...

C'est pourquoi l'idée de vivre avec eux un projet qui inclut théâtre, chant et danse a fait son chemin ... Oublier un instant qui est l'éducateur et qui est l'élève, oublier que nous sommes leur référent et qu'ils sont notre mission. Ne faire plus qu'un, avoir un même objectif. Se découvrir différemment, s'apprendre semblables. Comme nous, ils enseignent, comme eux, nous apprenons.

Quelle que soit la manière dont nous vivons notre métier d'éducateur, l'objectif est toujours celui d'accompagner un jeune dans sa construction et de lui ENSEIGNER DES VALEURS DE VIE.

« Qu'est-ce qu'on a fait au bon Dieu ? », une comédie qui a elle seule nous enseigne déjà tellement de choses ... Le racisme est poussé à son paroxysme, et l'effet d'accumulation de clichés sur les milieux culturels et religieux parvient à délivrer finalement un message de réflexion et de tolérance.

Le théâtre, la danse et le chant, exutoires pour certains, mais apprentissage pour tous.

Ils auront appris LA SOLIDARITÉ ET LE RESPECT : la somme de leurs dons innés, acquis, volonté et détermination est une force, bien plus que l'individualisme. Car c'est le groupe qui prévaut sur l'être.

Ils auront aussi découvert LE GOÛT DU TRAVAIL ET DE LA PERSÉVÉRANCE : ils ont le droit d'essayer, de se tromper, de trébucher, de se relever puis de recommencer ... tant qu'ils retiennent de leurs erreurs, qu'ils se corrigent et qu'ils essaient de nouveau.

Les plus belles récompenses restent celles qui n'ont pas de prix. Il y a des regards qui ne trompent pas, des sourires qui en disent long, des messages qui restent gravés ... Autant de moments d'échange, de spontanéité et de sincérité qui nous font aimer le métier.

Merci aux élèves de nous offrir ces moments privilégiés et vrais, merci pour toutes ces heures qui se résument en quelques minutes, mais qui marquent pour longtemps.

Jacques Bouteille

Qu'est-ce qu'on a fait au bon Dieu ? /.../ What have we done to God?

Comedy staged by the Marist boarders at ISM

You do not learn to be an educator from reading books or from being at university. Being an educator is accepting that every day is a learning experience which always makes us answer fundamental questions: what sort of educator do we want to be? What exactly should we teach? Why did we choose education?

The aim of our profession is to enable young people to develop, and there are as many ways of doing so as there are educators.

In order to interact with young people, it is necessary to establish ways of exchanging and sharing, which lead to a relationship of respect and confidence in them. It is a question of dealing with what is important to them, to meet them where they are and to know what they like ...

That is why we have gone ahead with a collaborative project based on theatre, song and dance ... Which has given us the chance to forget for a moment who is the educator and who is the learner, to forget that we are their advisors and that they are our mission. Working together as a team, with a common aim. The chance to see each other differently, as equals. Like us, they can teach, and, like them, we can learn.

However we live out our vocation as educators, the aim is always to nurture the character of the young, and to teach them fundamental values of life.

Qu'est-ce qu'on a fait au bon Dieu ? (literally "What have we done to God?) is a comedy that teaches us a great deal ... In it, racism is pushed to its extreme, and the build-up of stereotypes about cultural and religious backgrounds eventually succeeds in delivering a message about tolerance.

Theatre, dance and song are an outlet for some, but a source of learning for all.

The students have learnt solidarity and respect: the sum total of their natural talent, their experience, will and determination are a much greater strength than individualism. The group has it over the individual.

They have also discovered the joy of work and perseverance: they have the right to try, to make mistakes, to stumble, and to get up again and start over ... as long as they recognise their mistakes, correct them and try again.

The best rewards are those that are priceless. There are some looks that are unmistakable, smiles that tell you a great deal, words that are long remembered ... It is because of these moments of communication, spontaneity and sincerity that we love what we do.

Thank you to the students who provide us with these special moments, thank you for all these hours that culminate in a few minutes, but that stay with us for a long time.

Jacques Bouteille

Repost 0
Published by european-marist-education
commenter cet article

Bienvenue / Welcome

 

Bienvenue sur le blog des établissements maristes et des centres d'éducation non-formelle de la province d'Europe. Les nouvelles, les initiatives et les informations que vous communiquerez seront ainsi présentées à tous à l'intèrieur de la province d'Europe, dans un but de partage d'expériences et d'innovations...

N'hésitez donc pas à faire parvenir à Donald Lillistone (province d'Europe) vos articles, photos et autres vidéos que vous souhaiteriez partager....

 

Welcome to the blog of the European Marist schools and non formal educational centers.

News, initiatives and pieces of information that you communicate will thus be presented to everyone within the European Province, in order to share experiences and innovations....

So, don't hesitate to send to Donald Lillistone (European Province) your articles, pictures and other videos that you would like to share with others...