Giornata_della_memoria_02.jpg 

Le témoignage d'Alberto Sed, rescapé du camp de la mort d'Auchwitz-Birkenau...

Le 2 Févier 2012, au cours de la Journée de la Mémoire à l'Institut Saint Jean Evangéliste de Rome, Alberto Sed,  enseignant, est venu témoigner de ce qu'il a vécu à Auchwitz-Birkenau, pour ses amis perdus, pour sa famille, pour les jeunes d'aujourd'hui, afin qu'une des pages les plus tristes de l'histoire ne tombe pas dans l'oubli. Giornata_della_memoria_03.jpg

Alberto Sed a témoigné devant les jeunes des deux dernières années de lycée qui avaient préparé cette rencontre avec leurs professeurs. Il a parlé avec enthousiasme et conviction de son expérience dramatique, car il sait que "l'avenir ne se construit pas en effaçant le passé, mais en regardant les erreurs qu'il contient pour ne pas les refaire".

Les yeux des jeunes étaient remplis de curiosité, d'attention et de respect. 

Après les mots de M. Sed, quelques timides questions: 'Pouvons nous voir le tatouage avec votre numéro de détenu?" Alberto a montré un tatouage, fané par le temps: A-5491. Dans l'incrédulité, les jeunes ont défilé devant ce nombre, qui a mis sous leurs yeux une vérité jusque là seulement imaginée.

Après cette expérience, de plus en plus rare et précieuse, cette leçon d'histoire,  les jeunes sont repartis avec dans l'esprit cette leçon de vie qui contribuera, nous l'espérons, à en faire des hommes meilleurs.

 

D'après p. Agostino Piovesan sm

 Giornata_della_memoria_01.jpg

The testimony of Alberto Sed who survived Auchwitz-Birkenau death camp...

On February 2nd, 2012, during the "Commemoration Day" in Istituto San Giovanni Evangelista di Roma,  Alberto Sed, a teacher, gave testimony of what he lived when he was in Auchwitz-Birkenau, for his lost friends, for his family, for young people nowadays, so that we don't forget one of the sadest pages of our history.

Alberto Sed spoke for the young students of the Upper classes who prepared that meeting before with their teachers. He spoke of his dramatic experience with enthusiasm and conviction, for he knows that "you cannot build the future by erasing the past, but by watching at the mistakes you made not to do them once more".

The young ones' eyes were full of curiosity, attention and respect.

After Mr. Sed's words, a few shy questions: "Can we have a look at the tatoo with your prisoner number ?" Alberto showed his faded tatoo: A-5491. Incredulously, the students filed past this number that put under their eyes a truth they only imagined until then.

After such a more and more precious and rare experience, after that history course, the students went back home with that lesson of life in their mind that will probably make them better adults, as we hope so! 

From Fr Agostino Piovesan sm    

Retour à l'accueil